:: 26 ::


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Emi Neri Voltolini |En Cours|

Aller en bas 
AuteurMessage
Emi Neri Voltolini
{ Twenty Six }~{Boresome Life...}
avatar

Masculin
Nombre de messages : 41
Age : 28
Nationalité : Italien °
Métier : Dirigeant des opérations de terrain ° [O26]
Situation : Célibataire ;D °
Date d'inscription : 06/06/2008

Dossier Civil
Organisation: Operation 26
Bloc-notes:
Objectif: Combattre ma peur.

MessageSujet: Emi Neri Voltolini |En Cours|   Sam 7 Juin - 5:17

°E.N.Vy me°




Découvrez Yasuko Kyoda!

{ One }-{ Information Civiles }-

° - Dites-moi votre prénom *Sourire*
- ...
- Vous ne vous souvenez plus ?
- ...
- Pourriez-vous me répondre, je vous prie.
- ...
- *Soupir*
°



° Nom : Voltolini. J'aime le prononcer... Je trouve ça amusant, pas vous ?
° Prénom : Emi. C'est très court, vous ne croyez pas ? Mes parents auraient dû choisir quelque chose de plus long... Ça fait plus "classe". En réalité, moi, je l'aime bien mon prénom. On dirait que c'est celui d'une fille... Ça me plait bien. Neri c'est mon deuxième prénom, celui de mon père. Ça signifie noir en italien, habituellement les gens ont ça en nom de famille... Vous savez, j'ai l'impression que ça lui va bien, à mon père. Oui, il est bien noir... Parce que dans son coeur, c'est noir.
° Surnom : Mon prénom est trop court pour qu'on me donne un surnom... Et puis, je n'en vois pas vraiment l'utilité. Les enfants ont du mal avec mon prénom... Alors parfois ils disent "Mi". C'est mignon, il paraît... Je crois que ça l'est, peut-être.
° Sexe : Masculin, même si mes longs cheveux et mon corps maigre peuvent porter à confusion... Je suis bien un garçon.
° Âge : Je n'en suis pas certain... mais je crois avoir Dix-sept ans. Du moins, c'est ce qui est écrit sur ma carte d'identité... Je ne me souviens plus de la date de mon anniversaire, et comme mon père ne peut pas me le dire... Je me contente de dire que j'ai dix-sept ans... Même si c'est peut-être pas vrai.
° Groupe Sanguin : AB- , c'est le plus râre de tous... Mais je ne vois pas tellement ce que ça change.
° Nom de Code : Quand j'ai intégré Operation 26, on m'a dit qu'il y avait une liste avec les numéros de chaque membre. Ils avaient dit que le vingt-six était souvent celui que les gens ne voulaient pas, parce qu'en quelque sorte ça voulait dire que la personne était la dernière de toute... La moins douée, si on veut. Je crois que c'est ce qui m'a poussé à être "26".

° Orientation Sexuelle : C'est une bonne question... Après tout je n'ai jamais eu quelqu'un comme ça dans ma vie... Mais je crois qu'un garçon ou une fille, ça ne me dérange pas... Je ne vois pas vraiment une différence... Alors allons pour Bisexuel, oui.
° Nationalité : Je suis né à Milan, mes parents vivaient là depuis cinq ans quand je suis arrivé dans ce monde... Donc je suis Italien, même si ma mère est française.
° Lieu de vie : Londres... Il n'y a pas de QG à Milan alors j'ai dû déménager ici... Pas que j'aime pas cette grande ville, non, au contraire je m'y sens bien... Il pleut beaucoup... Ça m'aide. Simplement, je n'aime pas beaucoup les gens qui sont avec moi, ici... Ils sont bizarres... Certains rapportent qu'ils sont de gros manipulateurs, moi j'ai du mal à y croire. Ils sont juste un peu stupides.
° Ce qu’il/elle fait : Je dirige les opérations de terrain pour O26. Ça fait un an et quelques moins que j'ai intégré l'équipe et les gens sont plutôt satisfaits de mon travail... J'aime ce que je fais, ce n'est pas compliqué... et le mieux, c'est qu'il n'y a pas trop de monde.

{Two}-{ Autre Petits Détails }-

° - Est-ce que je suis intéressant ?
- Pas vraiment, non.
- Ah... Nous nous ressemblons beaucoup, dans ce cas.
- ...
°


Nombre de Piercing : Sept... Trois à chaque oreille et un à l'arcade sourcilière droite.
Couleur de Chaussette : Je ne veux pas vous importuner... Mais quesque ça peut bien faire ? ...Enfin... Elles sont la plupart du temps Noires, parce que ça a toujours été ainsi. Je ne vois pas pourquoi je changerais de couleur, après tout, qui les voit vraiment ?
Le prénom qu'il n'aurait jamais voulu porter : En y réfléchissant bien... Je n'aurais pas voulu porter le prénom "Jack". C'est trop commun et ça ne me convient pas du tout... Si on va en Amérique, il doit y avoir des milliers de Jack... Je ne préfère même pas imaginer.
Lunette ou verre de Contact : J'ai commencé à porter des lunettes il y a quatre ans, elles sont à monture noires, tout à fait ordinaire... Je ne les porte que quand je sors, autrement je ne vois pas l'utilité. C'est vrai, non ?
Couleur préféré : Le Bleu, sans hésitation. Je pense que c'est la seule qui a de l'importance à mes yeux... La seule qui me rappelle des souvenirs. Je ne savais pas qu'une couleur pouvait nous faire ressentir de telles émotions... mais c'est vrai... Le bleu ; ça me touche.
Saison préféré : Je ne suis pas quelqu'un qui bouge beaucoup d'où il est, c'est vrai... Alors j'apprécie bien l'Hiver... Parce que l'air ambiant est plus frais et que ça me donne une raison de ne pas affronter le monde qui m'entoure. C'est beaucoup plus simple, oui, quand c'est l'hiver.
Mauvaise Habitude : Est-ce que ma phobie c'est une mauvaise habitude ? Je ne sais pas trop... Et bien je vais vous le dire : Les gens me mettent mal à l'aise. J'ai du mal à tenir une conversation avec quelqu'un... Si bien que parfois je ne répond pas du tout. Quand je ne vois pas le visage de mon interlocuteur, je crois que c'est plus facile... Mais c'est tout de même embêtant, ce genre de chose, vous ne croyez pas ?
Alcool ou Jus : Alcool.

{Three}-{ Fiche Mentale et Physique }-

° - Emi... ! Emi... !
- ...
- Ne les écoute pas, Emi !
°


° Description Physique : Canon... C'est ce que disent les filles qui me côtoient. Est-ce que ça veut dire que je vais leur exploser à la figure ? Parce que si c'est le cas elles ont tort. Je ne suis pas quelqu'un qui est du genre à crier pour se défouler, de toute manière. Canon... Ça veut dire quoi exactement ? Que je suis séduisant ? J'imagine que oui... Du moins si j'en crois mon entourage j'ai un truc de spécial, peut-être dans mon expression faciale qui a son charme. J'ai l'air en permanence ennuyé, un peu réticent... Et selon eux je serais quelqu'un qui a l'air inaccessible ; ce qui plait aux filles.

J'ai dix-sept ans et je fais pas loin d'un mètre soixante dix-sept. Mon poids est d'environ cinquante-trois kilos, je suis très mince et mon visage est un peu creusé alors j'ai l'air malade. Surtout que ma peau est très pâle et que je ne bronze pas... C'est étrange, sâchant que certains italiens ont une belle peau pratiquement basanée. Mon visage est ovale, presque carré quand on regarde bien, et il a les traits durs. Mes lèvres ont extrêmement de difficulté à se fendre d'un sourire, ce qui fait que les coins sont la plupart du temps vers le bas. Mon nez n'est pas très proéminent, presque difficile à discerner sous mon épaisse et longue chevelure qui m'arrive au milieu du dos. Celle-ci est teinte de reflets bleus, originellement noirs comme mes sourcils souvent froncés. J'ai une légère tache de naissance juste au dessus de la lèvre, mais elle est presqu'invisible. Mes yeux sont d'un bleu foncé, virant presqu'au gris, et ils ont l'air froid et brutaux parce que leur forme est un peu étirée vers le haut...

Je ne suis pas méchant, hein. Vous devez me croire... Même si j'en ai l'air. Une longue mèche de cheveux me cache l'oeil gauche, d'ailleurs, et la plupart du temps je porte des chapeaux ou ma capuche sur la tête... Je ne m'attache jamais les cheveux... Même s'il fait très chaud. Je n'aime pas me sentir vide. Allez savoir pourquoi... Mes mains sont plutôt grandes et mes pieds aussi. Si on me voit torse nu de profil, j'ai l'air mince comme une feuille de papier, mais je suis beaucoup plus solide que j'en ai l'air... Et mes poings pourraient très bien me servir. Mais encore, je ne suis pas de ce type là... Sinon mes poignets sont souvent entourés de bandage parce que j'ai tendance à me blesser, consciemment.
° Style Vestimentaire : Tout ce qui est à manche longue, vous allez me retrouver avec. J'aime ce qui est chaud, comme les blousons, j'en porte beaucoup. La plupart son gris ou noir, épais avec des écritures à l'intérieur. Souvent, ils sont réversibles et je peux donc les mettres d'un côté ou de l'autre selon mon envie. Je porte parfois des t-shirt, mais c'est surtout pour dormir. Sinon c'est un chandail tout simple... Ou rien du tout. En fait, le seul truc que je ne porterai sans doute jamais c'est un débardeur. Je vous jure, c'est encore moins probable qu'une jupe... Sinon je suis adepte des jeans, j'ai beaucoup de slims que je porte avec de grosses ceintures à carreau. La plupart de mes chaussures sont des convers ou des bottes longues... J'ai un style plutôt foncé, je n'aime pas les teintes claires.
° Signe Particulier : Et bien... Je ne veux pas avoir l'air de me vanter ou quoi que ce soit... Mais c'est un peu tout chez moi qui est particulier. Vous ne trouvez pas ?

° Description Psychologique : Je suis quelqu'un d'excessivement difficile à comprendre, tellement que parfois je me demande si je me comprend moi-même et la réponse est souvent négative. Pas que je sois fou ou quoi que ce soit, mais j'ai une vision des choses qui n'est pas celle des autres et les gens ont tendance à répéter que je suis étrange et que mon regard froid et distant n'aide en rien. Après tout, l'indifférence donne un air méchant à quiconque s'y laisserait prendre. Mais moi, je sais que je ne suis pas du tout méchant et je ne me soucie pas de ce que les gens peuvent penser de moi. J'ai un esprit plutôt vif, je suis optimiste et je n'aime pas me morfondre parce que je considère que ça ne sert absolument à rien. Il ne serait pas faux de dire que je suis difficile à faire fâcher, mais il n'en demeure pas moins que je peux me mettre en colère selon les circonstances. Je ne suis anxieux qu'en une seule circonstance : Si je suis entouré de trop de gens en particulier. Autrement j'ai une attitude plutôt patiente et stoïque, en un certain sens. J'ai du mal à exprimer mes émotions, mais quand c'est le cas c'est souvent bien explosif et les gens sont toujours très impressionnés par ce que je sais faire. En temps normal je suis solitaire, je rejette la présence des autres autour de moi et j'ignore les paroles qu'ils prononcent, mais il m'arrive d'être beaucoup plus ouverts et il faut absolument profiter de ces moments-là, car ils se font râres.

J'ai l'impression, par instants, de posséder une personnalité double car je peux devenir très méchant par instants quand je m'ennuie. J'insulte les autres, je me moque et j'excède en quelques sortes. C'est dans ces moments-là que l'alcool embarque et que je me blesse... Je deviens plus sombre, il m'arrive même de me confier à des inconnus simplement parce que je ne contrôle pas ce que je suis dans ces moments-là. Des flashs de mes souvenirs font doucement surface et j'ai très peur, je suis confus alors j'essaie de me "réveiller de mes rêves" et c'est en glissant des lames sur mes poignets que je le fais. Le sang me réveille assez bien, je dois dire... Tout aussi bien que les bleus que je peux recevoir par instants lorsque je tombe sur des bars où les gens se servent bien de mon corps parce que je suis naïf et perdu. Heureusement ce genre de choses ne me sont pas arrivées depuis un bon moment déjà. Ça me soulage d'un certain poids, mais il est certain que personne n'a jamais entendu parler de cela auparavant... Alors, chut !
° Ce qu'il/elle aime et n'aime pas : J'aime les chiffres, et pourtant je suis nul en mathématiques. J'aime lire, et pourtant j'ai du mal à écrire... C'est une vraie écriture en pattes de mouches, comme l'expression le laisse entendre. D'ailleurs, ma mère était écrivaine et ses livres se sont tous bien vendus. J'ai toujours apprécié son imagination, alors je peux ajouter dans la liste des choses que j'aime : Mes parents. Parce que oui, je les aime mes parents. Ils sont spéciaux, pas comme les autres et ils ont toujours accepté ma différence avec beaucoup de chaleur. C'est grâce à eux que je m'intéresse à l'art sous toutes ses formes : L'écriture, la musique, le dessin, le théâtre. Je ne regarde pas beaucoup la télévision, mais je me suis beaucoup intéressé au théâtre et à tout ce qui se relie de près ou de loin à la création de personnages. C'est bien de pouvoir s'identifier à quelqu'un de particulier... J'ai un certain plaisir à jouer aux cartes également, je fais de la moto de compétion pendant mes temps libre et j'ai une passion pour tout ce qui se rattache à mon élément : L'eau.

Au contraire, je n'aime pas ce qui est trop chaud, comme le feu, et je ne m'approche que très rârement des animaux parce qu'ils me font un peu peur, pour la plupart. Je n'aime pas le bruit des voitures, ou les tas de conversations des gens qui m'entourent quand je marche dans la rue... Ça m'étourdis et ça me donne mal à la tête. Pourtant, je n'aime pas plus le silence qui m'horrifie, c'est pourquoi j'écoute souvent de la musique, me coupant ainsi du reste du monde pour me concentrer sur ce que j'ai à faire. Je n'aime pas tout le temps les missions qu'on me donne à élaborer, mes je prépare toujours mes plans avec beaucoup d'attention. C'est étrange qu'un phobique dirige les opérations de terrain, n'est-ce pas ? Mais je n'ai pas vraiment à dire quoi que ce soit, j'envoie un mot aux autres du groupe et ils font ce que je leur dis de faire. C'est tout simple, en réalité. Ah oui, dernière chose... Je n'aime pas le jour, je préfère rester dans la noirceur et regarder les étoiles...
° Une mauvaise manie : Avoir du mal avec les relations humaines, c'est une mauvaise manie ça ? Parce que pour parler de "tic" à proprement dit je n'en ai pas réellement. Il y a peut-être que quand je réfléchis j'ai tendance à mâchouiller les branches de mes lunettes, ou bien je fais claquer mes ongles les uns contre les autres parce qu'ils sont plus longs que la moyenne. Donc voilà pour les "tics". Ma mauvaise manie, avoir du mal avec les relations humaines, vient du fait que je suis phobique, mais aussi parce que je suis enfant unique alors je ne connais pas le bonheur d'avoir des frères et soeurs. On disait souvent que j'étais très intelligent, et je pense que c'est flatteur, en un sens, parce que je ne pense pas être plus brillant qu'un autre. Quoi qu'il en soit, si je pouvais arrêter d'être maladroit dans ce que je dis et pouvoir agir normalement aves les autres, ce serait déjà un énorme exploit à mes yeux et ça me rendrait fier, il me semble.

_________________
° It seems like a jewel can be a lifestyle °


Dernière édition par Emi Neri Voltolini le Sam 7 Juin - 10:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://animagus-o26.forumsactifs.com/registre-fichiaire-9734-f5/
Emi Neri Voltolini
{ Twenty Six }~{Boresome Life...}
avatar

Masculin
Nombre de messages : 41
Age : 28
Nationalité : Italien °
Métier : Dirigeant des opérations de terrain ° [O26]
Situation : Célibataire ;D °
Date d'inscription : 06/06/2008

Dossier Civil
Organisation: Operation 26
Bloc-notes:
Objectif: Combattre ma peur.

MessageSujet: Re: Emi Neri Voltolini |En Cours|   Sam 7 Juin - 10:04

° Relation avec les autres : Tout revient toujours au fait que je suis incapable de les approcher par moi-même. Si je dois rencontrer quelqu'un je le ferai, avec réticence, mais je le ferai. Je suis quelqu'un d'extrêmement timide et réservé, au fond de moi, et je suis très seul, je crois... C'est peut-être pour ça que les gens m'effraient ; parce qu'ils sont plus "vivants" que moi. Quand je dois parler à quelqu'un, j'y arrive seulement en faisant passer le message par quelqu'un d'autre. Je ne peux pas dire des choses si je suis seul avec cette personne et si quelqu'un m'approche il est très probable que je fige ou que je m'enfuis. C'est aussi simple que cela. Je ne cherche pas à les faire disparaître, je cherche à disparaître moi-même. Je ne veux pas d'eux dans ma vie... je veux rester seul... Parce que c'est mieux... Moi... J'ai confiance en moi-même.
° Relation amoureuse : À ce que je me souvienne je n'ai jamais été amoureux de personne. Je ne connais pas encore très bien ce sentiment parce que je ne l'ai jamais réellement connu et ce avec personne alors je crois que je suis ce qu'on appelle un débutant en la matière. J'espère tout de même arriver à trouver un jour quelqu'un qui sera là pour moi, quelqu'un qui ne me fera pas peur... Parce que c'est réellement ça, j'ai peur des gens... Et je ne sais pas pourquoi. C'est difficile de concevoir l'amour quand approcher une personne et lui adresser la parole directement est si difficile, mais je ferai de mon mieux pour essayer, ça c'est certain.

{Four}-{ Fiche Historique }-

° - Violet... ?
- ...
- VIOLET ?!
- ...
. °



Découvrez Dido!


La pièce était d'un blanc immaculée, les fenêtres grandes et étanches étaient encadrées d'un tissus blanc qui glissait avec élégance jusqu'au sol. Dans cette pièce, il y avait un fauteuil où un homme était assit, les mains posées sur son visage fatigué, et un enfant en bas âge, les cheveux noirs, portant un t-shirt gris légèrement sale. Le petit homme glissa sa main dans celle de cette femme, profondément endormi dans le lit qui les encadraient. Ses yeux servaient de barrière aux larmes qui auraient tant voulu couler... Mais qui ne sortaient tout bonnement pas, son visage se transformant en un sourire maladroit, supposément rassurant.
{Emi} - Tu n'as pas à t'en faire, maman.
L'homme assit sur le fauteuil leva les yeux sur son fils et sa femme, ses yeux rougis par la fatigue. Cela faisait des heures qu'il attendait un signe de vie de cette demoiselle, mais rien ne venait... Elle se perdait toujours dans son sommeil où seule sa respiration dénotait du silence religieux de la petite pièce immaculée. Les souvenirs des deux esseulés étaient pour la plupart défaillants, mais jamais ils n'auraient pû oublier Violet. Cette femme qui, un soir de décembre, avait vu de si près la mort.

[¤]


Il avait été décidé que les Voltolini iraient passer Noël en France, le pays natal de la mère d'Emi. C'était à l'aube du départ, les trois proches préparaient leurs bagages pour le long voyage qui les attendait. Mr Neri avait été un peu réticent à l'idée de rejoindre la famille de Violet, car d'abord il ne les aimait pas du tout, eux et leurs manières de riches. Quoi qu'il en soit, Emi avait tranché en disant qu'il voulait aller voir la tour Eiffel cette année, parce qu'il n'aurait sans doute pas la chance de le faire plus tard... Il était vrai que ce serait la première fois que le gamin irait à Paris pour Noël, contrairement aux deux parents qui perpétuaient la tradition depuis sept ans déjà.
{Violet} - 'Mi, chérie, c'est l'heure. Dépêchez-vous si on veut arriver avant la nuit tombée !
{Emi} - J'arrive...
Le voyage fut long, les paysages se succédant les uns par rapport aux autres. Emi, âgé d'à peine dix ans porta à ses oreilles des petits écouteurs bleus et ouvrit le lecteur, faisant ainsi jouer une musique quelconque, les yeux rivés par la fenêtre de la voiture. Les parents étaient plutôt silencieux, à bord et la radio avait été fermée, car dans ce beau coin de pays il n'y avait pas suffisament d'ondes pour qu'ils puissent entendre quoi que ce soit. Bientôt, la nuit glissa doucement son voile sur le monde et les yeux d'Emi semblaient combattre le sommeil qui l'emportait malgré lui. Toutefois, il n'eut pas le temps de coller son front contre la vitre froide que Violet exécutait un geste vif en direction de son mari, qui conduisait patiemment depuis tout à l'heure.
{Violet} - Neri, attention !
La voiture frappa un camion de plein fouet, côté passager. Un hurlement déchira le silence extérieur, Emi combattant sa peur et sa parfaite incompréhension pour s'accrocher à tout ce qu'il trouva tandis que la voiture effectuait plusieurs roulades et retombait finalement sur le sol, quelques mètres plus loin. Puis, ce fut le silence, étanche, difficile à supporter, quand tout semble s'être arrêté... Car oui, le temps semblait avoir prit une pause, laissant place à cette image figée d'un tas de ferraille sur le bord de la route, l'autre prenant successivement feu... Et un homme qui sortait du véhicule, composant un vif numéro sur son cellulaire en espérant qu'il fonctionne. L'adrenaline, le sang, la chaleur, l'incompréhension... Et ce petit homme... étalé contre la vitre brisée...
{Mélodie} - And I won't go...I won't sleep...I can't breathe... ♪

[¤]


Les secours étaient arrivés par la suite, et on avait transféré la famille au même hôpital. Le cas de mademoiselle Violet Fay sembla être plus instable que celui du gamin qui était déjà en salle de réveil et de Mr Voltolini qui restait pour le moment inconscient, ayant une jambe cassée et de nombreuses blessures au cou et au visage. Les jours passèrent où Mr Voltolini se réveilla et pû enfin sortir de l'hôpital pour s'occuper de son fils qui par un miracle n'avait subit que des dommages mineurs physiquement, bien que mentalement il ait repoussé beaucoup de choses dans son esprit, cela étant dû au traumatisme de l'accident. Chaque jour ils venaient voir Violet à l'hopital et chaque jour ils apprenaient que sa santé se détériorait. On lui donna six mois, au premier rapport.
Le suplice dura deux ans. Le jeune homme désormais âgé d'onze ans, un prodige à l'école et une personne réservée et perdue, continuait d'aller voir sa mère, lui apportant tout l'amour qu'elle-même ne pouvait plus lui donner.
{Emi} - Papa... Tu crois qu'elle va s'en sortir ?
{Neri} - Honnêtement ?
{Emi} - Honnêtement.
{Neri} - ...Non.
Puis, un soir ils vinrent une fois de plus au chevet de la belle femme aux cheveux noirs de jais, les yeux clos sur son lit d'un turquoise très clair. Le silence de la pièce suffisait toujours à faire des frissons dans le dos d'Emi qui s'assit comme toujours aux pieds du matelas, posant son regard triste sur sa maman endormie. Glissant ses doigts sur le poignet de celle-ci, il caressa doucement la peau nue tandis que Mr Voltolini s'asseoyait sur le fauteuil côtoyant le lit. Ils ne dirent rien durant un moment, se laissant emporter par la nostalgie mais aussi l'inquiétude et le découragement. Un sourire se voulant rassurant se dessina lentement sur le visage déjà plus vieux d'Emi. Puis, un bruit d'une machine se fit entendre et les deux garçons se tendirent subitement, observant le corps inanimé de Violet qui ne bougeait pas, bien que le bruit continua. Rapidement des infirmières entrèrent et ce ne fut pas bien longs avant que le son se régularise... Neri Voltolini posa un regard découragé sur l'une des infirmière... Et se leva brusquement, glissant ses mains sur les épaules de sa femme...Décédée.
{Neri} - Violet... ?
{Infirmières} - ...
{Neri} VIOLET ?!
{Emi} - ....

[¤]


Il faisait sombre, peu de gens dans la rue. C'était sale, oui... Bien sale. Poussiéreux. La nuit venait à peine de tomber, et à chaque pas que faisaient l'homme, un lampadaire l'illuminait, successivement, d'un voile jaunâtre. Les aboiements d'un chien errant, le bruit d'une bouteille de verre qui se fracasse contre le sol et un rire rauque. Puis, l'homme passa devant un édifice d'où, à chaque fois que quelqu'un ouvrait la porte arrière, s'échappait un beat effrayant. À la droite de l'édifice, il y avait un appartement deux temps qui trônait, ses fenêtres baricadées ou cachées par des vieux draps ou un drapeau nationaliste quelconque. L'homme entra, montant les escaliers en passant un main à sa ceinture, totalement aux aguets du moindre petit son étrange.
{...} - Ah, alors tu es venu.
{Neri} - *rire sonnant faux* Comment aurais-je pû faire autrement, Gianni ?
Rien de plus ironique, et cela fit sourire le dénommé Gianni. L'homme était plutôt grand, dans les mètres quatre-vingt, portant une queue de cheval longue, ses cheveux étaient noirs, tout autant que ses yeux. D'énormes tatouages sillonnaient ses bras... Un vrai délinquant comme dans les films. Quoi qu'il en soit, Neri fit son entrée dans la pièce où une table ronde prenait toute la place. Quatre personnes étaient assise autour de la table, deux fumaient et un autre glissait ses doigts sur l'argent qu'il accumulait dans une valise, un air ennuyé au visage. Gianni emmena Neri dans son bureau et en ferma la porte, s'asseoyant et faisant signe au père d'Emi d'en faire de même.
{Gianni} - Je n'irai pas par quatre chemin...
{Neri} - Douze cinquante.
{Gianni} - ...Répète.
{Neri} - Douze cinquante. Ni plus ni moins. C'est ma dernière offre, Gi'.
L'homme à la queue de cheval laissa tomber la paume de sa main sur le bureau, penchant son visage vers Neri, un sourire malfaisant aux lèvres, ses yeux se plongeant dans le regard ambré de Mr Voltolini.
{Gianni} - Corretto.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://animagus-o26.forumsactifs.com/registre-fichiaire-9734-f5/
Emi Neri Voltolini
{ Twenty Six }~{Boresome Life...}
avatar

Masculin
Nombre de messages : 41
Age : 28
Nationalité : Italien °
Métier : Dirigeant des opérations de terrain ° [O26]
Situation : Célibataire ;D °
Date d'inscription : 06/06/2008

Dossier Civil
Organisation: Operation 26
Bloc-notes:
Objectif: Combattre ma peur.

MessageSujet: Re: Emi Neri Voltolini |En Cours|   Ven 13 Juin - 1:34

[¤]


{Avocat} - C'est un peu irréaliste, mr Voltolini...
Cela faisait une heure entière qu'ils étaient assit dans cette pièce à toujours revenir sur le même sujet. Neri tenait toujours serré contre lui sa valise, celle-ci posée sur ses genoux. Il semblait à bout de nerf, une main posée sur son front en sueur et son regard semblait dénoter d'une sombre envie de frapper. L'avocat en question, un homme venant d'un cabinet quelconque de Rome, souriait doucement à son interlocuteur comme s'il avait des doutes sur sa santé mentale. Quoi qu'il en soit, il continuait de tenir son bout et feuilletait le dossier qui reposait sur son bureau, concentré dans ses gestes experts. Après un instant, il se remit à parler de sa voix équilibrée :
{Avocat} - *Soupir* Combien ?
Ce fut le moment pour Neri d'ouvrir sa malette, la posant sur le bureau, les mains tremblantes. L'avocat glissa ses doigts sur les billets, son regard calculateur posé sur le tas de liasses, l'air concentré. Neri retint son souffle... Il espérait tant de cet argent, pour son fils. C'était tout ce qui lui intéressait, le reste importait tellement peu. Neri n'avait plus qu'Emi... Il se devait de le protéger de sa vie antérieure qui, il y avait quelque temps, refaisait surface. Des messages lui étaient parvenus à la maison, partout où il allait il croisait des gens étrangers... Et Emi ne se doutait de rien, enfermé dans son petit monde où les autres lui font peur. Que pourraient-t-ils lui faire, à ce faible gosse, s'ils le touchaient ? Neri ne se le pardonnerait jamais... Il devait protéger son fils. Protéger son fils de ses démons.
{Avocat} - C'est peu...
{Neri} - QUOI ?! ... C'est tout ce que j'ai ! Je...
{Avocat} - Très bien, nous nous arrangerons avec cela. Je vous remercie, mr Voltolini.
Neri Voltolini sortit du bureau le souffle court, le coeur battant.
Plus qu'une étape...

[¤]


Numéro 026, la poste venait d'arriver et Emi attendait sur le rebord de la fenêtre. Ses quinze ans passaient innaperçues derrière cet air un peu plus mature. Mais peu importe... Le jeune homme sortit prendre le courrier, une lettre attirant son attention plus qu'une autre. Elle lui était adressée, et semblait contenir quelque chose de dur car elle était beaucoup plus lourde. Fronçant des sourcils, il décacheta l'enveloppe et en sortit une note écrite à la dérobée, puis un élément qui le surprit vivement. Jetant un coup d'oeil aux alentours - simple précaution - il retourna à l'intérieur. Étant seul à la maison, il pouvait bien se permettre de lire ce genre de choses, non ? Après tout... La lettre lui était adressée.
"Je te suggère de faire très attention à ce que te dis ton père. Ses secrets sont bien gardés, mais... "

Emi tourna le papier, voyant une adresse notée au verso. Grinçant les dents comme il avait l'habitude de le faire en cas de stress ou de confusion, il vit un mot qui attira immédiatement son attention.
"Utopia."

Quesque ça signifiait, il n'en avait aucune idée, mais il avait un mauvais pressentiment et il se promit d'aller voir cela le plus rapidement possible. Il n'aimait pas les mystères, il n'appréciait pas non plus d'avoir à rencontrer des gens, mais soit. Il y a des fois dans la vie où on n'a juste... Pas le choix. Alors que sa main pendait désespérément dans le vide, tenant le papier froissé, Emi se souvint de la bague et se mit à l'examiner de plus près.
Au premier regard, la pensée qu'Emi eut fut que la bague ressemblait vaguement à un scarabée. Un gros rubis rouge semblait être enserré sous un étau de métal poli, brillant d'un reflet éclatant. La bague pouvait paraître ordinaire, au premiers instants, mais c'était en la regardant de plus près qu'Emi remarqua qu'elle contenait quelque chose de spécial.
À l'intérieur, bien gravé sur la plaque dorée, se cachait un mot taillé avec précision. Emi dû plisser les yeux pour arriver à lire ce qu'il y était inscrit, et le mot le laissa complètement de marbre. Quesque ça voulait dire ? Il ne comprenait déjà plus rien et il n'était toujours pas allé voir ce Utopia. Quesque ça signifiait ? Pourquoi avaient-ils gravés son prénom dans cette bague ? Emi glissa une main dans ses longs cheveux, s'arrêtant à un noeud et soupira.
{Emi} - C'est n'importe quoi.

[¤]


Découvrez Timbaland!


Le son de la musique lui déchirait les oreilles, et pourtant il continuait à marcher, les mains tremblantes et le coeur en accéléré. Que pouvait-il bien faire d'autre ? Il n'avait tout bonnement pas le choix, maintenant qu'il s'était présenté à l'entrée en montrant sa bague au doorman. Deux femmes, des serveuses apparemment, le regardaient avec un air hypnotisant et le jeune adolescent se dépêcha de se ranger sur un côté de la grande pièce centrale où il y avait moins de monde. Un homme l'aborda instantanément, posant une main sur son épaule ; ce qui le fit d'ailleurs sursauter.
{ ... } - Emi, je suppose ?
Le jeune homme ne trouva rien à répondre, se contentant de poser son regard sur le torse volumineux d'un homme grand et costaud, probablement du staff du bar. Une longue cicatrice lui bordait l'oeil gauche et il avait l'air froid et impénétrable que l'on retrouve souvent dans le milieu. Emi avala difficilement, ses jambes ne voulant déjà plus effectuer le moindre petit mouvement. L'homme lui dit de le suivre, ce qu'Emi fit docilement. Ils arrivèrent dans une pièce d'où le son était coupé. Une grande vitre laissait une image panoramique du bar... Mais ce qu'Emi regardait avec un air totalement neutre, c'était la personne dos à lui, qui portait des cheveux noirs, coupés au niveau de la nuque.
{Gianni} - Bonsoir...
Ses yeux noirs se posèrent sur le visage caché par une longue mèche de cheveux d'Emi. Un sourire tout sauf joyeux se dessina sur ses lèvres et il fit signe à sa compagne - une grande blonde très peu vêtue - de sortir. L'homme costaud resta bien droit près de la porte et Gianni fit signe au jeune adolescent de s'asseoir. Emi prit place juste en face du type effrayant et posa ses yeux sur ses genoux, ses cheveux formant un long rideau cachant une partie de son visage pâle et anxieux.
{Gianni} - Ton père m'a refilé de l'argent pour que je te laisse tranquille... Tu lui diras que des dettes de drogue ce n'est pas bien. Dis-lui, n'oublie pas... oggetto.
Emi serra les poings sur ses cuisses, la tête toujours basse. Cet homme venait tout bonnement de le traiter d'objet. Et ces histoires avec son père... Est-ce que c'était vrai ? Un frisson lui parcourut le corps : l'autre se levait et approchait.
Il était déçu... Oui, déçu non seulement de savoir que son père avait touché à ce genre de trucs, mais qu'en plus il ait négligé d'en parler à son propre fils. L'homme s'arrêta à quelques centimètres d'Emi et se pencha, posant ses deux mains solidement sur les accoudoirs de la chaise. Emi fit l'erreur de lever la tête, son regard se posant immédiatement dans celui de l'autre... Tac Ce fut comme une décharge électrique qui lui traversa le corps, ses yeux s'écarquillèrent et lorsque l'homme glissa un doigt sur la mèche de cheveux, dégageant son visage, Emi se mit tout bêtement à rougir.
{Gianni} - Emi, Emi, Emi. Je n'ai pas l'intention de te laisser tranquille.

[¤]


Il ne se souvenait pas très bien. Juste... Cette vague rouge qui lui avait brouillé la vue, ce hurlement qui faisait qu'en ce moment il avait perdu la voix, et ce trou noir qui le submergea tout à coup. Étendu sous ses couvertures, dans sa chambre, il se mit à frissonner, une, deux, trois fois. Découvrant son corps vêtu d'un t-shirt gris et d'un boxer noir, il se figea subitement dans son geste, le regard posé sur sa main. Quesque... Pourquoi la bague était désormais à son doigt ? Et... Pourquoi cet engourdissement soudain ? Il porta ses doigts à la bague et tenta de l'enlever mais se mordit la lèvre pour ne pas crier, la douleur étant intense. L'approchant de son regard, il découvrit une très petite tige de métal enfoncée dans son doigt, et se rendit compte que la bague ne bougeait pas d'un poil d'où elle était.
Serais-ce possible que... ?
{Emi} - Un piège.
Les images d'hier lui passèrent en accéléré dans la tête, une confusion s'installant dans son esprit, le goût de gerber extrêmement présent. L'homme, ce... Oui, Gianni. Il ne voulait pas lui dire un truc sur son père, en réalité il n'en avait rien à battre. Tout ce qu'il désirait... C'était de pouvoir posséder Emi. L'avoir pour lui. Cette bague... Elle semblait représenter de telles chaînes. Emi se demanda s'il aurait le courage de se couper le doigt un jour. Il lui sembla que ça n'arriverait pas de sitôt. En même temps... Que dirais Neri ? Il ne voulait pas... Voir son expression lorsqu'il poserait ses yeux sur sa bague et découvrirait toute l'histoire par lui-même. Un simple objet. Oh... C'était tellement symbolique qu'Emi en eut le coeur serré. Se roulant en boule dans son lit, il ferma les yeux, à bout de nerfs.

[¤]


{Neri} - Je l'ai vu, à son doigt ! Et ce message... Tu croyais qu'un gamin allait penser à jeter la lettre qu'on lui aurait envoyé ? Quesque ça veut dire ?!
Ils étaient assit face-à-face, à une table du bar à moitié vide. Il devait être quatorze heure et peu de gens venaient ici à cette heure avancée. Frappant son poing sur la table, Neri continuait d'exprimer sa rage de toutes les manières possibles, même s'il ne prônait pas du tout la violence. L'autre lui tendit un verre, mais Neri le refusa en le faisant tomber contre le sol ; celui-ci se brisant en milles morceaux. Le sourire figé, Gianni retourna s'asseoir, jambes croisées, l'air totalement indifférent à la colère de son "ami", voire même amusé par la situation.
{Gianni} - Tu sais, j'aurais bien voulu ne pas l'utiliser pour me venger de tout l'argent que tu me fais perdre... Mais il est si mignon. Je ne peux que le désirer...
Complètement choqué, frustré, brûlant de colère Neri se leva faisant vaciller la table et posa son doigt en direction de son compagnon, les muscles tendus et ayant la seule et unique envie de foutre son poing dans la gueule de Gianni. Comment pouvait-il ne serais-ce qu'oser dire une telle chose en face de Neri ? C'était tout simplement... Écoeurant, indigne. Neri se sentait complètement hors de contrôle, la peur, la haine, la colère, l'inquiétude se peignaient en succession sur son visage rougis.
{Neri} - Je te jures que si tu touches à mon fils je...
{Gianni} - Tu ne feras pas grandes choses. Neri, Neri... Tu m'ennuies.
En effet, son visage exprimait ce qu'il venait de dire. Il semblait totalement ennuyé par la situation, il osa même bailler en s'excusant volatilement. Neri se prit la tête à deux mains, tremblant de colère. Pourquoi ? Pourquoi ne pouvait-il rien lui faire ? Il savait que l'autre était plus fort, plus riche, plus doué, plus intelligent, plus puissant... Et pourtant, il n'en pouvait plus de se réserver, de mettre une barrière pour éviter que les choses tournent mal. C'était, cependant, totalement impossible de ne pas réagir à des mots aussi écoeurants que quelqu'un de sale et horriblement cruel qui désire votre fils. Vous savez ce que ça signifie, Neri le savait... Et il en était complètement horrifié. Il ne pouvait, ne voulait pas imaginer ce que cela pourrait bien faire. Alors, par une simple et juste impulsion, il frappa Gianni... Le touchant à l'épaule.
{Gianni} - Hum, raté.
Il retint un rire. Neri s'entendit grogner, poussant l'audace à un autre coup, mais cette fois-ci Gianni était prêt et para le coup.
{Neri} - Tu n'as aucune idée... Un vrai monstre... Je ne peux pas croire que Dieu ne t'ait pas encore puni pour toutes les choses ignobles que tu fais...tu..
{Gianni} - Tu parles trop... tellement qu'on devrait te couper la langue.
Ne jamais prendre ce qu'il disait à la légère était une chose qu'avait apprit Neri du temps où l'homme était son dealer. Neri allait s'enfuir, mais deux hommes l'attrapèrent par derrière, l'obligeant à rester bien assit sur sa chaise. Un dernier sourire agaçant se dessina sur le visage de Gianni avant que l'un des deux hommes ne sortent les ciseaux.

[¤]


Il fallu un certain temps avant que le téléphone sonne et qu'Emi apprenne la nouvelle. La voix d'une femme quelconque lui parvint aux oreilles et juste au timbre de cette voix, Emi pû y dénoter quelque chose de singulier, qui n'avait pas lieu d'être. Sentant les battements de son coeur accélérer il serra plus fort le combiné du téléphone, complètement perdu.
{ ... } - Je vous passe simplement un message : "Il n'y a plus d'obstacles". Bonne journée, mr oggetto.




_________________
° It seems like a jewel can be a lifestyle °
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://animagus-o26.forumsactifs.com/registre-fichiaire-9734-f5/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Emi Neri Voltolini |En Cours|   

Revenir en haut Aller en bas
 
Emi Neri Voltolini |En Cours|
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'affichage de la carte disparaît en cours de navigation
» Ouvrir un fichier dans Mapsource sans effacer les données en cours?
» Problème sur l'arret en cours
» Cours ImageReady
» Cours par ChatBox - Samedi 19 Janvier 2013

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
:: 26 :: :: :: Entrée en matière :: :: Registre fichiaire ☆-
Sauter vers: